Une fin d’année fidèle aux grandes tendances de l’année

A l’actu cette semaine dans Digicode : en ce dernier mois de l’année, on fait un petit bilan sur les grandes tendances immobilières vues cette année. On étudie ensuite où en est le nouveau mode de calcul du DPE. Enfin, on se penche sur l’agrandissement du seul gratte-ciel de Paris... Bienvenue dans Digicode, la newsletter qui décrypte l’actualité immobilière !

Digicode, tous les semaines, l'actualité immobilière décryptée pour les propriétaires bailleurs.
Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

Les grandes villes toujours délaissées pour les communes en région

Les différentes tendances amorcées par la crise sanitaire se font toujours sentir sur le marché immobilier. D’un côté, les prix immobiliers des grandes villes continuent de baisser et le marché immobilier ralentit, à cause d’un manque de demande pour ces zones. Autre tendance, les prix continuent de grimper dans les villes de Province. Enfin, ce sont toujours les maisons qui ont la côte. 

Pour être précis : Les trois phénomènes sont liés : la démocratisation du télétravail ainsi que les confinements ont donné envie aux citadins de maisons en province, afin de respirer et d’avoir une propriété plus confortable. C’est cependant les zones péri-urbaines qui restent les plus demandées, puisqu’elles permettent d’avoir plus d’espace tout en restant à proximité des grandes villes. Rares sont les grandes villes qui attirent encore en cette fin d’année : seule Marseille voit ses prix continuer de grimper (+0,9% ce mois). 

Pour prendre un peu de recul : l’engouement des Parisiens pour l’immobilier de province se confirme donc. Les délais de vente sont en baisse dans les régions, tandis que la tension immobilière se réduit dans les grandes villes… Si le rythme est maintenu, on pourra bientôt parler d’un exode urbain ! Si décembre et janvier sont une période habituellement morne et ne pourront pas forcément délivrer plus d’indices sur les tendances, il faudra attendre le printemps pour en savoir plus. Il s’agit d’une période souvent cruciale pour le reste de l’année.

Découvrez Loumi, la plateforme des propriétaires baileurs !
Trouver un bon locataire et gérer votre bien devient un jeu d’enfant grâce à Loumi

Les autres codes de la semaine :

DPE : entre réforme et vente des passoires thermiques, qu’en est-il ? 

Bonne nouvelle pour la réforme du DPE, aucune anomalie n’a été détectée depuis le 1er novembre 2021 parmi les 160 000 DPE réalisés ! Suite à la mise en place du nouveau calcul en juillet 2021, de nombreux problèmes avaient été relevés par les fédérations professionnelles de diagnostiqueurs ou même les propriétaires. De nombreux biens datant d’avant 1975 avaient été classés F ou G, bien plus qu’attendu par le Ministère de la Transition énergétique. Les DPE réalisés entre juillet et novembre pour les biens construits avant 1975 bénéficieront d’une réédition de leur DPE gratuite. Pour les logements diagnostiqués F ou G, les propriétaires seront recontactés par les diagnostiqueurs, tandis que cela sera sur demande pour les propriétaires de biens classés D ou E.

Cette efficacité du nouveau DPE n’est pas sans conséquence : on assiste à une explosion de mise en vente de passoires thermiques. La mise en vente de maisons et d’appartements étiquetés F ou G a augmenté de 8% entre janvier et septembre 2021. On assiste de plus a une dépréciation des passoires thermiques : un logement classé 1 coûte 11% plus cher au m² en moyenne, soit 380€ de plus, qu’un logement classé G. Enfin, un logement classé A se vend 5 jours plus rapidement qu’un logement classé G (38 jours contre 43 jours).

Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

La touche finale : du nouveau pour la Tour Montparnasse

Le tribunal administratif vient d’accepter le projet privé de rénovation de la Tour Montparnasse. Lancé en 2016, le projet « Demain Montparnasse » cherche à rénover en profondeur la tour pour les JO de 2024.

Au programme du projet, la construction d’une serre de 18 mètres de haut au sommet de la tour, venant agrandir encore plus l’unique gratte-ciel de Paris. Les 7 200 fenêtres recouvrant la façade seront également changées pour des vitres transparentes constituant une « façade bioénergétique ». Les fenêtres seront réutilisées pour réduire l’empreinte écologique du projet. En complément de la rénovation de la Tour, la gare TGV a déjà commencé sa rénovation. L’Hôtel Pullman, deuxième hôtel parisien en capacité sera également complètement repensé. Enfin, les Ateliers Gaîté seront un nouvel espace accueillant commerces ainsi qu’un grand marché alimentaire (foomarket).  

Les travaux devaient initialement débuter en 2019 pour que la Tour soit fin prête pour les JO. Mais dû à de nombreux retards, le projet ne commencera qu’en 2022…