Les mauvais chiffres de la construction selon Emmanuelle Wargon

A l’actu cette semaine : on parlera de la contre-performance en matière de construction de logement, mais aussi de la donnée comme possible solution innovante, avant de s’envoler pour New-York où un parc artificiel a été créé en mer récemment. Laissez-vous embarquer par Digicode, la newsletter qui décrypte l’actualité immobilière !

Digicode, tous les semaines, l'actualité immobilière décryptée pour les propriétaires bailleurs.
Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

Le BTP freiné par les élus et la crise

La Ministre du logement Emmanuelle Wargon a pointé du doigt ce mardi l’incapacité de certaines politiques à créer du logement. En effet, si la France a besoin d’au moins 500 000 logements chaque année, le nombre de permis de construire a atteint 405.700 cette année, soit 28.000 de moins qu'au cours des douze mois précédents (-6,5%). Par ailleurs, la mise en chantier a elle augmenté  (+7,6% de février à avril).

Pour être précis : Selon la Ministre, cette difficulté à générer du logement est accentuée ; d’une part  à cause de la crise économique liée à la pandémie, de l’autre à cause des élections récentes et à venir des élus locaux. Pour rappel, les élections municipales se sont déroulées l'année dernière et les élections régionales débuteront le 20 juin. Voici donc les mauvais résultats de ces effets sur la construction : 

  • le nombre de logements autorisés a été inférieur de 3,8% (2021/2020)
  • les réservations et les mises en vente réalisées sont en baisse avec respectivement -16.2% et - 20.6% (2021/2020)
  • le chiffre d’affaire des entreprises du BTP est estimé à -15.3% sur un an en raison d’une baisse importante des commandes (2020/2019)

Pour prendre un peu de recul : Néanmoins, le bilan n’est pas catastrophique, loin de là ! Si l’on compare en effet les trois derniers mois aux douze de l’an passé, on est seulement à -4% sur les permis de construire. “On n’a pas retrouvé le niveau d'avant-crise mais on n'en est pas si loin", conclut E. Wargon, ministre du logement.

Découvrez Loumi, la plateforme des propriétaires baileurs !
Trouver un bon locataire et gérer votre bien devient un jeu d’enfant grâce à Loumi

Les autres codes de la semaine : 

La donnée pourrait bien sauver les objectifs énergétiques  

On le sait ; le secteur du bâtiment représente à lui tout seul 43% des consommations énergétiques annuelles françaises et génère par ailleurs 23% des émissions de gaz à effet de serre (GES). Bien que les politiques récentes tendent à inciter et à limiter ces externalités négatives, le secteur, très coûteux, est difficile à réguler. 

La donnée pourrait toutefois bien changer la donne puisqu’en collectant et stockant les informations nécessaires, l’immobilier pourrait optimiser ses besoins et ainsi limiter les consommations superflues. A titre d’exemple, la société NamR permet à ses utilisateurs d’obtenir des informations liées au diagnostic de performance énergétique en fonction d’une localisation précise : potentiel solaire, consommation énergétique moyenne, prix d’une rénovation… Avec une telle transparence, les propriétaires ont accès à des informations précises et détaillées sur les bâtiments répertoriés dans la base de données (en tout 34 millions avec chacun 200 caractéristiques différentes!

De plus, ces outils numériques permettront à terme de suivre en temps réel les évolutions de rénovation énergétique et ainsi respecter plus facilement les stratégies et objectifs gouvernementaux au regard de la transition écologique.

Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

La touche finale : Little Island, le parc new-yorkais au-dessus de l’Hudson !

Connu sous le nom de Pier 55, le projet a pu ouvrir ses portes le 21 Mai dernier et ainsi accueillir ses tout premiers visiteurs après une crise dévastatrice pour la ville. Cette petite île artificielle entièrement financée par un couple de milliardaire (pour un montant total de 260 millions de dollars) s’élève au-dessus du fleuve Hudson entre 5 et 18 m de hauteur.

Il s’agit d’une prouesse technologique et architecturale, réalisée par le studio britannique Heatherwick Studio. En effet, ce projet d’un hectare repose sur 132 tulipes de béton de 68 tonnes chacune remplies de terre et qui sont agencées et connectées entre elles comme un assemblage de pots de fleurs géants. 

Néanmoins, en dépit de son ingéniosité, le projet a été arrêté et attaqué en justice à plusieurs reprises en raison du fort impact environnemental négatif. A titre comparatif, ce projet aurait probablement eu bien plus de mal à se faire accepter en France aujourd’hui en raison de ces milliers de tonnes de béton déversées en milieu maritime.