L’encadrement des loyers accélère encore!

Bonne semaine à tous ! Au programme de Digicode, l'élargissement de l'encadrement des loyers se concrétise et on assiste au début d’un bras de fer entre la Mairie de Paris et Airbnb. Heureusement, le fonds d’indemnisation des bailleurs vient d’être augmenté ! Toute l’actu décryptée par Loumi dans ce nouveau numéro.

Digicode, tous les semaines, l'actualité immobilière décryptée pour les propriétaires bailleurs.
Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

L’encadrement des loyers accélère encore!  

Avis à tous les investisseurs, l’encadrement des loyers vient de conquérir de nouveaux territoires. C’est au tour de Plaine Commune (9 communes de Seine-Saint Denis) de mettre en place ce dispositif qui entrera en vigueur le 1er Juin prochain. 

Pour être précis : Alors que le dispositif existait déjà depuis mars 2020 à Paris, Lille et deux de ses voisines Hellemmes et Lomme, le système se répand avec : 

  • un prix au m2 encadré selon un loyer de référence, avec deux bornes ; une majorée de +20% et l’autre minorée de -30% ;
  • des amendes qui peuvent être très dissuasives (5 000 € pour un bailleur physique et 15 000 € pour un bailleur moral) ;
  • 22 communes qui ont déjà fait la demande en Ile-de-France tout comme d’autres métropoles régionales telles que Bordeaux, Montpellier, Grenoble, Lyon et Villeurbanne.

La majoration du loyer tient compte : du type de logement (T1, T2, T3 … ), de sa date de construction (3 périodes) et de son emplacement. À ce sujet, le découpage géographique proposé à Paris est vivement critiqué. On sait aussi qu’il est possible pour un propriétaire de demander un complément de loyer, à condition que son bien soit atypique (en se distinguant largement de la moyenne).

Pour prendre un peu de recul : Cet élargissement de l’encadrement des loyers n’arrive pas au moment le plus opportun. D’une part, la crise sanitaire a eu un impact déflationniste sur les loyers en France (-1.0% en moyenne). De l’autre, la mesure a été récemment remise en cause par les associations. En effet, 56% des loyers ne respectent pas cet encadrement (CLCV 2020) à Paris et pour cause seulement 4 propriétaires ont été redressés depuis sa mise en œuvre...

Découvrez Loumi, la plateforme des propriétaires baileurs !
Trouver un bon locataire et gérer votre bien devient un jeu d’enfant grâce à Loumi

Les autres codes de la semaine :

  • Le fonds d’indemnisation des bailleurs vient d’être augmenté de 20 millions d’euros pour 2021 en raison d’une hausse des impayés (+47% en 2020 selon l’Anil).
  • La crise a vidé les commerces parisiens: en 2020, dans la capitale, 8.760 locaux étaient vides, contre 7.850 en 2017. La part de la vacance passe ainsi de 9,3 % à 10,5 % entre 2017 et 2020.
  • C’est encore pire pour l’immobilier de bureau qui subit la crise de plein fouet, avec une baisse de 30% sur le premier trimestre 2021, soit 327 000m² commercialisés contre 460 000 l'an dernier.

La Mairie de Paris continue sa guerre contre Airbnb

Après sa récente victoire devant les tribunaux, la Mairie de Paris compte bien tirer avantage du trou d’air touristique pour réduire les locations de courtes durées même si ce n’est pas gagné. Le nombre d'appartements en location courte durée dans la capitale aurait d’ailleurs diminué de 40% depuis 2019.

Ainsi pour éviter que le nombre d’appartements sur la plateforme américaine augmente encore plus avec le retour des touristes, l’adjoint au logement Ian Brossat souhaite mettre en place des quotas par quartier ou par rue. Mais la route est encore longue car sa proposition nécessite de modifier la loi actuelle. 

En attendant, la Mairie essaye de trouver d’autres moyens d’agir en préemptant les projets de conversion d’appartements en meublé touristique.

Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

La touche finale : la maison arbre 

Érigée au beau milieu d’une forêt dense en Pologne, une villa de 400m2 prend la forme d’un tronc d’arbre. Elle se fond dans son décor, avec des gestes architecturaux peu ordinaires (intégration de la végétation; découpage circulaire et sobriété des matériaux) qui renforcent ce lien privatif à la nature.