Le pouvoir d’achat immobilier des Français n’a jamais été aussi haut !

A l’actu cette semaine dans Digicode : on étudie en détail le pouvoir d’achat des Français et ce qu’il implique sur leur endettement. On se penchera ensuite sur le nombre important de passoires thermiques mises en vente depuis la nouvelle réglementation sur leur mise en location… Enfin, on s’envole pour Paris 2024. Bienvenue dans Digicode, la newsletter qui décrypte l’actualité immobilière !

Digicode, tous les semaines, l'actualité immobilière décryptée pour les propriétaires bailleurs.
Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

Le pouvoir d’achat immobilier à son plus haut niveau depuis le début de la Vème République

Cela va faire maintenant 5 ans que le pouvoir d’achat immobilier des Français est à son plus haut niveau depuis les débuts de la Cinquième République en 1958. Le pouvoir d’achat immobilier désigne le nombre de mètres carrés que peut acquérir une personne seule disposant d’un revenu médian par le biais du crédit immobilier (hors apport personnel). Depuis 2017, les Français peuvent acheter plus de 60m² pour un revenu disponible médian équivalent à 2 525€. 

Pour être précis : on peut expliquer cette situation par des taux d’emprunts historiquement bas depuis quelques années (<2% depuis 2017). Ainsi, si les prix de l’immobilier ont augmenté (+14,5%) plus vite que les revenus (+11,2%), emprunter a permis aux ménages d’augmenter leur pouvoir d’achat considérablement. Cependant, emprunter implique aussi l’augmentation de la dette. Et en 10 ans, le poids de la dette immobilière des Français a presque doublé… Elle est passée d’environ 20% en 2010 à près de 35% en 2020.

Pour prendre un peu de recul : Les très faibles taux d’emprunts actuels encouragent les Français à investir dans l’immobilier et c’est à craindre un surendettement. Pour l’instant, le nombre de ménages surendettés ayant un crédit immobilier n’a pas changé sur les 10 dernières années. 90% des ménages ayant déposé un dossier de surendettement en 2019-2020 sont en effet locataires. La situation inquiète quand même la BCE : les prix immobiliers ont augmenté de 7% en Europe cette dernière année et elle redoute l’éclatement de la bulle immobilière. Mais pour l’instant, la banque européenne surveille particulièrement les marchés immobiliers allemand et néerlandais, où la construction n’arrive plus à suivre la demande de logements neufs. 

Découvrez Loumi, la plateforme des propriétaires baileurs !
Trouver un bon locataire et gérer votre bien devient un jeu d’enfant grâce à Loumi

Les autres codes de la semaine :

Les passoires thermiques sont devenues poids lourds pour les propriétaires

La mise en vente de logements hautement énergivore s’envole depuis un an à travers la France. Un quart des annonces de mise en vente et de locations d’appartements à Paris correspond à des logements à des passoires thermiques. Étiquetées F ou G par le DPE et au nombre de 90 000 en France, elles ne pourront plus être mises en location à partir de 2023. Ces 12 derniers mois, le nombre de mise en vente de ces logements a grimpé à Rennes (+74%), à Paris (+72%) et Nantes (+70%).

Plutôt que de rénover leurs logements afin de correspondre aux prochaines normes de consommation énergétique, nombre de propriétaires préfèrent vendre leur bien. Selon un sondage de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), près de 40% des propriétaires renoncent aux travaux qui sont trop coûteux et pour un retour sur l’investissement trop faible

A long terme, cela pourrait mener à une pénurie de logements dans le marché immobilier… Alors que le secteur est déjà tendu par le nombre de logements inoccupés (près de 9,3% des logements du parc privé sont inoccupés), cela pourrait empirer davantage encore la situation.

Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

La touche finale : Paris est-elle prête pour les JO ?

Alors que les Jeux Olympiques ont lieu dans un peu moins de 1 000 jours, les infrastructures semblent déjà au point : elles sont finalisées à près de 95% selon les chiffres officiels. Avec une enveloppe globale de 6,6 milliards d’euros, les nouvelles infrastructures utiliseront des matériaux 100% bio-sourcés et 100% d’énergie verte pendant la durée de l’événement. 

Pour l’instant, on touche du bois, aucun retard n’a été pris dans les travaux. Les deux principaux équipements à construire sont le Centre aquatique à Saint-Denis, dont les travaux ont commencé en septembre 2021 et qui sera entièrement fonctionnel à partir d’avril 2024, et le Village Olympique construit entre Saint-Denis et Saint-Ouen, qui sera achevé début 2024.

Pour ce qui est des transports, les nouvelles ne sont pas aussi bonnes. La future ligne 16 du métro ouvrira en 2026 avec deux ans de retard, et la ligne 17 sera aussi finie en retard. Seules le prolongement de la ligne 14 devrait être opérationnel pour 2024.