Covid et université, les propriétaires désemparés

Chaque semaine des centaines d’articles sont publiés sur l’actualité immobilière (on en a compté 48 rien que sur Les Échos, Le Figaro, Le Monde, Se Loger et Le Parisien la semaine dernière…). Digicode fait le tri et sélectionne l’essentiel à retenir chaque semaine. Alors notez l’adresse et bienvenue dans Digicode !

Digicode, tous les semaines, l'actualité immobilière décryptée pour les propriétaires bailleurs.
Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

Covid et université, les propriétaires désemparés

Ce n’était un secret pour personne : avec les universités fermées et des étudiants de retour chez leurs parents, la location des petites surfaces est à la peine. On a maintenant les chiffres de ce phénomène et de son impact sur les prix des loyers.

Pour être précis : Alors que dans la capitale les loyers ont commencé à chuter (-1.0% en moyenne cette année), la baisse est encore plus marquée pour les logements étudiants :

  • avec 30% de demandes en moins depuis 2020, les loyers étudiants ont reculé de 2.0% en moyenne dans la capitale au premier trimestre ;
  • dans les quartiers proches des universités les loyers des logements étudiants cette baisse est encore plus marquée (entre 5% et 7%) ;
  • les autres grandes métropoles suivent le même schéma avec des baisses entre 2% et 5% à Bordeaux, Toulouse et Nantes.

Pourtant, tous les propriétaires n’ont pas décidé de baisser leur loyer, assumant le risque d’une vacance locative prolongée qui grève très largement leur rendement.

Pour prendre un peu de recul : Avec la stratégie de vaccination qui devrait s'accélérer d'ici l'été, les universités font des scénarios visant à accueillir 90% de leurs étudiants sur leurs campus pour la rentrée 2021. Il est possible d’envisager un retour à la normale d’ici septembre prochain.

Découvrez Loumi, la plateforme des propriétaires baileurs !
Trouver un bon locataire et gérer votre bien devient un jeu d’enfant grâce à Loumi

Les autres infos de la semaine :

  • Les villes moyennes profitent d’une vague de départs de locataires parisiens ; dorénavant à peine 8% des recherches concernent la capitale contre 13% l’année passée.
  • Après la loi sur les passoires thermiques, qui implique un déclassement des logements F et G (qui seront donc interdits à la location d’ici 2028), certains députés veulent encore élargir ce spectre en incluant les logements classés E.
  • Si vous en doutiez encore, l'immobilier reste l'investissement préféré des français selon une étude de Poll&Roll et cela concerne majoritairement les 28-35 ans.

Après les parkings, les caves : dernières tendances de l’investissement immobilier

C’est bien connu ; le malheur des uns fait le bonheur des autres… Alors que la crise s’abat sur l’immobilier “classique”, le marché de la location de caves est lui en plein essor (+60% de croissance) !

En Ile-de-France, cette hausse est à la croisée de deux phénomènes. D’un côté, l’augmentation du télétravail et l’enfermement des habitants à cause des différents confinements les incitent à vider leur appartement pour des raisons évidentes de confort. De l’autre, l’augmentation des divorces et des ruptures (+122% entre juillet et octobre) impose un besoin de stocker rapidement des objets…

Après les parkings, c’est donc au tour des caves et autres espaces de stockage de connaître un boom en Ile-de-France !

Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

La touche finale : l’immobilier a enfin gagné la tombola du confinement !

Nouveau confinement, nouvelles règles ! Et coup de chance cette fois-ci : l’immobilier a tiré le gros lot : les visites sont de nouveau autorisées !

Petite subtilité cependant, il faut trouver le bon numéro d'exemption dans la nouvelle attestation… indice c’est le motif 5 intitulé déménagements : "les déplacements indispensables à l'acquisition ou à la location d’une résidence principale, ne pouvant être différés". Et pour pimenter le tout, les visites sont également soumises à certaines conditions.