Accord sur la location des passoires thermiques

Cette semaine dans Digicode : on revient sur le projet de loi Climat et résilience qui impacte le secteur immobilier et la location. On fera ensuite le point sur le marché de l’immobilier du luxe à travers la France, avant de finir cette édition par le décryptage de la tour de Frank Gehry, qui ne met pas tout le monde d’accord… Bienvenue dans Digicode, la newsletter qui décrypte l’actualité immobilière !

Digicode, tous les semaines, l'actualité immobilière décryptée pour les propriétaires bailleurs.
Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

Loi Climat : du nouveau pour les propriétaires bailleurs

Un accord sur la loi Climat a été trouvé ce 12 juillet entre le Sénat et l’Assemblée Nationale après 9h de discussion, ce qui n’est pas sans impact sur le secteur immobilier (on en parlait en février dernier). Ce projet contient notamment l’interdiction pour les propriétaires bailleurs de louer un bien immobilier considéré comme une passoire thermique (à comprendre les biens étiquetés F ou G par le diagnostic de performance énergétique). Et depuis le 1er juillet, un nouveau mode de calcul du DPE est utilisé… De quoi embrouiller beaucoup de propriétaires. 

Pour être précis : 

On avait fait le point à Digicode sur la réforme du DPE début mai (retrouvez la newsletter ici). L’accord trouvé sur la loi Climat vient chambouler davantage encore le marché de l’immobilier. Les contraintes se limitent cependant aux propriétaires bailleurs, profitant commercialement de leurs biens.

Mais pour l’heure, pas de panique : dans un premier temps, il sera seulement impossible d’augmenter les loyers (lors d’un renouvellement de bail ou la remise en location) des passoires thermiques. 

Pour prendre un peu de recul :

A terme, les logements dont la performance énergétique est trop basse devront être rénovés efficacement pour être loués. Les DPE réalisés avant le 1er juillet sont heureusement encore valables jusqu’au 31 décembre 2024. L’interdiction à la location des passoires thermiques ne sera applicable qu’à partir de 2025 (biens étiquetés G), 2028 (biens étiquetés F) et 2034 (biens étiquetés E). De quoi laisser un peu de temps pour d’éventuels travaux…

Découvrez Loumi, la plateforme des propriétaires baileurs !
Trouver un bon locataire et gérer votre bien devient un jeu d’enfant grâce à Loumi

Les autres codes de la semaine : 

  • La réforme des APL chamboule 2/3 des allocataires : le nombre de bénéficiaires a baissé de 8% en janvier, puis à nouveau fin mars. Par rapport à une situation sans réforme, 26% des allocataires sont gagnants, et 41 % de ses bénéficiaires ont perdu tout ou une partie de leur aide au logement.
  • Le montant des ventes cumulées sur les six premiers mois de l'année pour les biens à plus de 3 millions d'euros a progressé comme jamais, avec une progression de 151% par rapport à la même période de 2019
  • Le tribunal de Paris a condamné jeudi 1er juillet Airbnb à 8 millions d’euros d’amende pour avoir gardé sur son site des annonces de loueurs non enregistrés.

L’immobilier de luxe a le vent en poupe à Paris comme sur les littoraux

À Paris, c’est l’immobilier de prestige de particuliers qui s’envolent : les appartements avec terrasses ou jardins, et les hôtels particuliers sont les favoris de cet engouement. Les zones concernées sont principalement les quartiers huppés, comme les 6e, 7e et 16e arrondissements. C’est également autour de Paris, dans la petite couronne (Boulogne, Saint cloud, Saint-Germain-en-Laye et Versailles) où les maisons de luxe ne restent pas plus de quelques jours en vente.

Ce qui est surprenant, c’est d’une part que ce dynamisme exceptionnel est entièrement dû aux acheteurs français, les étrangers n’étant pas encore revenus. Également, et c’est une  première, les appartements familiaux sont de moins en moins demandés à Paris, puisque les familles sont désormais à la recherche d’espaces verts et de jardins.  

Le demande dans le marché de luxe augmente également sur les littoraux : un bien de prestige qui dispose d’une vue sur la mer voit son prix augmenter de 34% en moyenne ! La Côte d'Azur, mais aussi la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques sont les principales victimes de ce succès.

Merci ! Vous êtes bien inscrit à Digicode.
Il y a eu un problème lors de votre inscription.

Frank Gehry crée la polémique à Arles

La tour Luma, signée par Frank Gehry, a été inaugurée le 26 juin dernier. Haute de 56 mètres, 16 ans pour la construire, un budget initial plus que dépassé… Ce projet a vu le jour sous l’impulsion de Maja Hoffmann et a failli coûter la nomination  d’Arles de ville mondiale à l’UNESCO.

Le projet a été implanté sur un site SNCF et se dresse derrière les arènes de la ville. Cette tour n’est pas sans rappeler les autres réalisations de Frank Gehry, telles la fondation Louis Vuitton ou le Louvre d’Abu Dhabi. Les formes tordues et déconstruites sont reconnaissables, tout comme les matériaux. Ce n’est pas moins de 11 500 briques métalliques en inox qui recouvrent la façade de ce colosse ! 

Mais le projet est loin de faire l’unanimité. Peu écologique à cause du choix des matériaux, mélange de verre, d’acier et de béton, la tour sera également très énergivore selon les saisons. Et c’est également sa forme atypique qui est l’objet de nombreuses comparaisons