Multiplication des arnaques sur le marché immobilier

En un an, les signalements de fausses annonces de location ont bondi de 17%. Les étudiants sont loin d’en être les seules victimes.

Mise à jour le
9/11/21 12:24

Trouvez un locataire de confiance

Loumi, la plateforme des propriétaires qui gèrent seuls
Je découvre Loumi
Multiplication des arnaques sur le marché immobilier

Les arnaques les plus répandues lors d’une location d’appartement 

Les escroqueries sont de plus en plus pointues, et il devient difficile de pouvoir les repérer. Les premières victimes sont les étudiants, pour qui la recherche d’un logement pratique et peu cher est ardue. 

Des arnaques diversifiées qui profitent d’Internet

Parmi les arnaques les plus répandues lors d’une recherche de location, la demande de versement d’une caution ou d’une somme pour « réserver » la location. Sauf que le compte sur lequel verser l’argent est la plupart du temps à l’étranger, et il devient presque impossible à la victime de récupérer la somme versée. Une autre arnaque assez répandue est l’annonce-miroir. Les escrocs réutilisent des images correspondant à une autre annonce, ce qui renforce la crédibilité de l’arnaque. 

Mais ils n’existent pas que des arnaques de type financières. De nombreux cas d’usurpation d’identité ont lieu au travers de fausses annonces, qui permettent de récupérer l’intégralité des données confidentielles d’une personne, comme la carte d’identité, la déclaration d’impôt… Tous ces documents sont ensuite utilisés pour emprunter de l’argent au nom de la victime, ou encore utiliser l’identité pour créer un faux propriétaire pour une fausse location. A noter qu’il est possible d’être doublement arnaqué : usurpation d’identité et escroquerie d’argent.  

Les règles qui encadrent la location immobilière sont très strictes

La plupart de ces arnaques sont réutilisées et perfectionnées progressivement, rendant leur décèlement compliqué. Les signaux d’alarme ne doivent jamais être ignorés : si le « propriétaire » évite à tout prix les appels téléphoniques, si le prix est trop beau pour être vrai, si la proposition n’est pas cohérente… Des astuces consistent à vérifier l’adresse sur Internet et la façade de l’immeuble, et de systématiquement faire des visites avant toute transaction. Pour sécuriser le paiement, une première étape est de s’assurer que le compte bancaire du propriétaire se situe bien en France. Il ne faut pas hésiter à demander conseil à sa banque dans ce cas. 

Pour rappeler la loi, il est interdit au bailleur de réclamer de l’argent avant conclusion du bail. Malheureusement en pratique, il arrive que des bailleurs réclament de l’argent dans les zones où le marché locatif est tendu… 

De plus, la liste des pièces justificatives pour demander une location est fixée par un décret de 2015. Ainsi, une pièce justificative d’identité, une pièce justificative de domicile, un document attestant de l’activité professionnelle, et un document attestant des ressources doivent être fournis. Le RIB ou tout autre document non mentionné ne peuvent pas être réclamés par le bailleur. 

Autrement, pour les victimes d’une fausse annonce de location de logement, le dépôt de plainte est facilité à travers le portail du gouvernement Pharos (internet-signalement.gouv.fr) ou le numéro vert Info Escroqueries 0 805 805 817. La procédure est à réaliser au plus. Dans le cas d’un virement bancaire, il est possible de demander à sa banque de faire un rappel du virement.

Le marché de la transaction n’est pas épargné par le phénomène

Les arnaques pour acquérir un bien sont tout aussi nombreuses. Il arrive même qu’utiliser une agence immobilière ne suffise pas à se protéger entièrement.

Comment repérer les arnaques quand on achète un bien immobilier ?

Comme vu précédemment, il faut avant tout bien vérifier le contenu de l’annonce. Les offres trop attractives ou provenant de l’étranger sont rares et appellent à la vigilance. Attention également aux mandats cash ! Le propriétaire n’a pas le droit de demander de l’argent lors de la visite, et les transactions doivent être effectuées par virement bancaire ou par chèque, jamais en liquide. Et de même, demander le versement d’un acompte pour « réserver » un achat est interdit. 

La visite est une étape cruciale, et permet de s’assurer de l’authenticité d’une annonce et de se prémunir des vices cachés. La visite doit être minutieuse, et il est possible de demander un dossier de diagnostic immobilier, qui informe l’acquéreur des caractéristiques du bien. Enfin, les vices cachés sont plus fréquents dans l’immobilier ancien que neuf. 

Une nouvelle arnaque qui se développe

Une série de signalements alerte sur un nouveau phénomène : les faux mails de notaire. Il s’agit en réalité de l’usurpation d’identité d’un vrai notaire pour réclamer de l’argent, lors d’un achat immobilier. Difficile de se méfier : le faux mail est envoyé depuis le compte d’un vrai notaire, tous les éléments du message sont corrects à l’exception du RIB associé. Bien que ce phénomène reste marginal, il ne faut pas hésiter à confirmer le RIB avec son office ou demander la remise en main propre du RIB.

Comment expliquer le nombre important d’arnaques dans le secteur de l’immobilier ? 

Depuis le début de la crise sanitaire, tout un ensemble d’arnaques financières se sont multipliées sur internet, et pas seulement les arnaques immobilières. 

Multiplication des arnaques à l’échelle nationale

8 657 plaintes pour de telles escroqueries ont été déposées depuis le début de l’année. Le département d’Ille-et-Vilaine voit le nombre d’arnaques augmenter considérablement cette année, près de 350 plaintes ayant été déposées dans le territoire. Les arnaques ont lieu davantage dans les zones au marché immobilier tendu, soit avec une très forte demande.

La crise sanitaire comme responsable ?

Est-ce que cette hausse est due à la crise sanitaire ? L’augmentation en Ille-et-Vilaine pourrait être expliquée par le fait que le département, comme le littoral breton, voit sa côte augmenter suite aux effets de la crise sanitaire. Mais il semblerait que la crise ne soit pas responsable de cette prolifération d’escroqueries : les arnaques en ligne augmentent constamment au fil des années, et essentiellement pendant les périodes de rentrée ou de vacances.


 Lisa Ruston
Lisa Ruston
Journaliste immobilier

Une augmentation accrue des arnaques

  • Près de 8 700 plaintes pour escroqueries immobilières ont été déposées depuis le début de l’année
  • Usurpation d’identité et escroquerie d’argents sont les arnaques les plus répandues en location
  • Une nouvelle arnaque de faux mails de notaires se développe 
  • Les recours sont difficiles et peu efficaces
  • La crise sanitaire n’est pas responsable de l’augmentation d’arnaques

Trouvez un locataire de confiance

Loumi, la plateforme des propriétaires qui gèrent seuls.
Je découvre Loumi

Tous nos articles

Actualité
Faux dossiers de location : pourquoi et comment s’en prémunir ?

Faux dossiers de location : pourquoi et comment s’en prémunir ?

Actualité
Faut-il louer son appartement avec le dispositif Louer abordable ?

Faut-il louer son appartement avec le dispositif Louer abordable ?

Actualité
Réforme de la taxe foncière, quel impact pour les propriétaires bailleurs ?

Réforme de la taxe foncière, quel impact pour les propriétaires bailleurs ?

Actualité
Notaires : le gouvernement ralentit la libéralisation

Notaires : le gouvernement ralentit la libéralisation