Le secteur de la construction à l'épreuve de la crise sanitaire : entre ralentissement et résilience

Le secteur a été particulièrement touché pendant la crise sanitaire mais semble se relever peu à peu

Publié le
10/6/2021 11:13
-
Mise à jour le
10/6/21 11:20

Trouvez un locataire de confiance

Loumi, la plateforme des propriétaires qui gèrent seuls
Je découvre Loumi

Une crise économique qui laisse des traces

Le premier confinement a fortement impacté le bâtiment avec un arrêt de production quasi total. 

Des baisses records pour un secteur en crise

Alors que les chantiers ont été fermés avec des arrêts forcés lors du premier confinement, aujourd’hui 95% des chantiers ont ré-ouvert même si plus d’un sur cinq tourne encore au ralenti. De fait, la baisse d'activité générale du BTP se serait atténuée de -31% au premier confinement à -11,6 % au second. Ainsi, après une chute historique de -15,2% d’activité de la construction en 2020, le secteur semble se relancer progressivement. 

Concernant la construction dans le neuf, elle s'est effondrée de 22,5% en 2020, et ce sans réelles disparités entre logement d’habitation (-22,3 %) et non résidentiel (-22,8%). En comparaison, les experts montrent l’an passé une baisse de 35% des volumes (52 833 appels d’offres contre 82 138 en 2019) et de 29 % en valeur (22,3 Mds€ contre 31,5 Mds€ en 2019). En réponse, pas moins de 120 000 postes ont été détruits suite à la crise. 

Des chantiers qui repartent doucement

Grâce à un bon début d'année 2021 et une reprise en grande trombe suite au déconfinement progressif, le secteur du BTP serait ainsi parvenu à atteindre une croissance de 7% récemment. De quoi rassurer les investisseurs et les propriétaires. De plus, même si cette hausse est encore fragile et pourrait ne pas durer, le secteur du neuf est déjà presque remis de la crise (+10% de croissance contre -14% l’an passé)

Pénurie de matériaux : le casse-tête des constructeurs

Alors que l’activité commençait tout juste à se relever suite au déconfinement, la reprise des commandes soudaine a provoqué une explosion des demandes auprès des fournisseurs de matériaux. Résultat, les prix ont littéralement flambé avec +15% en moyenne sur les métaux ; +30% pour le verre et +25% sur le bois. 

Un contexte politique qui freine la reprise

Les politiques menées par les collectivités territoriales sont un poids supplémentaire pour les secteurs de l’immobilier et de la construction.

La responsabilité des maires en temps de crise 

Alors que le secteur de la construction représente plus de 170 milliards d’euros annuels (soit 7.2% de PIB français à lui tout seul), la pandémie a -en impactant le secteur- fait reculer la création de logements (328 000 cette année contre 410 000 l’an passé).

Les élus locaux sont pointés du doigt dans leur politique, puisque les mairies sont devenues de plus en plus réticentes à délivrer des permis de construire, entraînant ainsi une baisse de croissance pour le parc du logement. 

Un pouvoir local réticent face à une volonté de soutien national

Les élections municipales de 2020 et les régionales du 20 Juin 2021 viennent contrecarrer les plans de beaucoups d’entreprises de construction et de promotion. En effet bien connu dans le milieu, ce cycle électoral pousse les maires à ne pas délivrer les permis de construire (baisse de -16,4% cette année) pour ne pas susciter un quelconque bouleversement dans la vie des habitants juste avant les élections. Il s’agirait donc du plus bas niveau de délivrance sur les cinq dernières années avec moins de 40 000 permis de construire accordés en 2020. 

Mais cette statistique va à l’encontre directe des vœux formulés par le gouvernement en matière de logement. La Ministre E. Wargon pousse notamment les maires tant bien que mal en essayant de les inciter à construire davantage. Malheureusement, l’offre de logement se voit diminuer (-13.1% l’an passé) face à une demande qui continue de croître.   

Les aides et soutien proposé par l’Etat :

En vue de limiter les dégâts et d’appuyer le secteur, l’Etat a mis en place une politique d’aide au logement avec des investissements assez importants.

Un soutien aux constructeurs pendant la crise sanitaire

Comme dans bien d’autres secteurs touchés par la crise tels que la restauration, l’hôtellerie, l’enseignement ou l’industrie aéronautique notamment, l’Etat a décidé d’allouer des aides conséquentes afin de soutenir la compétitivité des entreprises et éviter un désastre économique et social. 

Un effet en demi-teinte

La mise au chômage partiel a été effective pendant la crise à hauteur de 50,43% des salariés, pour atteindre son apogée à 67% la semaine du 30 mars au 5 avril 2020. Bien que cette stratégie ait certainement permis d’éviter le pire, environ 10 000 emplois ont été supprimés pendant la crise. De plus, certains critiquent le fait que ces aides continuent de faire vivre de façon marginale - des sociétés “zombies”, entreprises vouées à disparaître.

Une multiplication des outils pour relancer la construction à tout prix

Afin de véritablement relancer le secteur, le gouvernement a décidé d’allouer cette année une dizaine de milliards d’euros à la construction au travers de son plan de relance avec un double objectif : recréer du logement pour loger les ménages français, mais également permettre de “verdir” le parc immobilier grâce à des rénovations énergétiques. 

Enfin, d’autres dispositifs ont vu le jour pour soutenir le moteur économique, avec la création d’un fonds de solidarité destiné à aider micro entreprises ; un prêt garanti par l’Etat ou encore le report voire l’annulation de charges patronales

Plus récemment encore

Le mois dernier, le 1er ministre Jean Castex a promis 1 milliard d’euros supplémentaire pour relancer le secteur. En parallèle, Emmanuelle Wargon, ministre du logement  promet une rallonge de 350 millions d’euros pour le recyclage des friches industrielles.

Quel avenir pour la construction ? 

En dépit de sa baisse d’activité récente liée à la crise, le secteur s’est montré plutôt résilient et permet de rester optimiste sur la suite des évènements. 

Des promesses d’embauches à la hausse

Avec confiance, le secteur du BTP affiche des prévisions d’embauche en hausse de 20%. Le secteur mise notamment sur la formation des jeunes diplômés profitables à intégrer à des postes de conducteur de travaux ou de responsable chantiers.

De plus, avec certains projets publics tels que le Grand Paris Express ou l’arrivée imminente des Jeux Olympiques à Paris, l’économie de la construction prévoit de repartir de plus belle (46 000 postes à pourvoir rien que sur la région Ile-de-France). On peut donc être optimiste quant à l’avenir des filières BTP, même si une fois les aides supprimées la tendance pourrait éventuellement retomber. 

Hugo Florentin
Économiste spécialiste de l'immobilier

Comment la crise a-t-elle affecté le secteur du bâtiment ?

  • 1er confinement, baisse de -31% des activités
  • 2ème confinement, baisse de -11.6% des activités
  • 120 000 postes détruits au total
  • hausse des prix d’achat et d’importation dû à une pénurie de matériaux
  • baisse de -16.4% sur la délivrance des permis de construire (2021/2020)

Trouvez un locataire de confiance

Loumi, la plateforme des propriétaires qui gèrent seuls.
Je découvre Loumi

Tous nos articles

Méthodologie
SCPI, SCI, SIIC et OPCI : que signifient ces acronymes?
Méthodologie
Déterminez le positionnement locatif de votre bien
Actualité
Immobilier en Ile-de-France: un pari pour les investisseurs
Méthodologie
Comment faire un bon état des lieux?